lundi 30 avril 2018

Les mots à l'oreille (96)

Il y a des mots que je n'emploie pas volontiers, comme épuré(e), par exemple (qui m'écœure et me freine), ou éthéré(e) (dont l'odeur me saute à la tête). Impossible de se limiter au signifié.

Faits et dits enfantins (665)

Quand Marie était petite, elle était ronde, je l'appelais La Boulette (encore aujourd'hui, parfois). Bastien (13 ans) suggère : "Elle était très mignonne aussi. Tu aurais pu l'appeler La Boulette-Canon.

Il appelle  Achille Ma non troppo (Parce que le chien a un peu d'embonpoint - Allez Gros!).

Estacadres (354)

Quand on aime son chien, on lui lèche la langue.

Figures médiatiques (193)

"Un niquedouille sans charme". C'est ainsi que Jean-Louis Bory décrivait Luchini après l'avoir vu dans Perceval le Gallois, d'Eric Rohmer.

Alexandrins (152)

... Sous l'aporie des mots la prairie du silence...

dimanche 29 avril 2018

Les mots à l'oreille (95)

Dans le mot ardeur il y a la chaleur du signifié et la double dureté (hard, deur) du signifiant.

Faits et dits enfantins (664)

Le chien Achille s'allonge souvent sur un rebord de terrasse, dans la cour, l'extrémité des pattes ballantes. "Comme un homme à califourchon sur une chaise", dit Bastien (13 ans).

Je l'appelle Bébert ( < Babar < Babas < Bastien), il m'appelle Augustin (Aogoustine) : parce qu'un footballeur d'origine nigériane, Ococha, se prénomme Augustin Djé-Djé (ou Djay-Djay), ainsi Gérard > Gégé > Djé-Djé > Augustin!

Estacadres (353)

L'amour est un univers parallèle où plaisir signifie joie et déplaisir détresse.

Figures médiatiques (192)

Je suis devenu un autre parce que je ne voulais pas être moi-même.
Robert De Niro.

Alexandrins (151)

De la Bastille à République on manifeste,
Et de L'Etoile à la Concorde on processionne.

samedi 28 avril 2018

Les mots à l'oreille (94)

L'ethnographe Jacques Meunier disait sans mystère que c'est le mystère du monde qui aiguise la curiosité du voyageur et, par boutade, que ce qui l'avait incité à partir avait été d'aller voir si aux îles Sandwich poussaient des arbres à pain.

Faits et dits enfantins (663)

Il neige abondamment, la circulation se bloque, nous mettons 7 heures pour faire 60 km. "C'est Apocalypse Snow, ou, si tu préfères, Apocalypsnow," me dit Bastien (13 ans).

Comme on lui reproche de passer trop de temps aux jeux vidéo, il répond : "Je n'en fais qu'un abus modéré".

Estacadres (352)

L'amour, c'est la vie au grand complet.
Christiane Rochefort, Les petits enfants du siècle.

figures médiatiques 191)

Je visse d'une main, je dévisse de l'autre.
François Chérèque, secrétaire général de la CFDT.

Alexandrins (150)

La poésie des mots n'est pas verbalisable.

vendredi 27 avril 2018

Les mots à l'oreille (93)

Contenant, con tenant. Contenu, conte nu.

Faits et dits enfantins (662)

Bastien (12 ans) assiste à l'une de nos conversations. Nous parlons de "telle" et de sa propension à vouloir dominer ou réformer ses partenaires. "Elle est castratrice", dit l'un. Bastien intervient : "Casse-couilles, tu veux dire!"

Il contrepète : "Tu es mon pire, pour le meilleur et pour le père."

Estacadres (351)

L'amour est une terre sans loi. Lawless land.

Figures médiatiques (190)

Jacques Attali par Gilles Châtelet : "...rastaquouère culturel..."
(in Vivre et penser comme des porcs).

Alexandrins (149)

...Des dents d'un blanc crayeux, couleur tennis de plage ...

jeudi 26 avril 2018

Les mots à l'oreille (92)

...Une clé n'est pas une clef! la clé est plus petite, plus simple, plus moderne en principe, et plus banale. La clef, elle, avec sa finale rare, sa lettre inutile - cette queue crochue qui à elle-seule décrit l'objet -, apparaît plus longue et complexe, faite d'une matière plus ancienne, plus précieuse. Moins platement utilitaire. Plus chargée de poésie.
Michel Volkovitch, Quinzaine littéraire 898 du 16/04/05.

Estacadres (350)

Pendant les nuits d'amour
On peut saisir la lune.
Poème populaire peau-rouge.

Faits et dits enfantins (661)

Bastien (12 ans) manifeste une aversion prononcée (olfactive) pour le persil. Au point que nous ne pouvons plus en manger en sa présence.

Il me dit : "Tu sais comment je me souviens du sens de viager? Je me dis que c'est le temps de la vie âgée." (En réalité, viager vient de viage, mot d'ancien français qui signifie : temps de la vie).

Figures médiatiques (189)

Céline, c'est comme Houellebecq, ils sont tous deux "dans la poésie", ils donnent tous deux "dans le romantisme et la douceur ... c'est presque intolérable de beauté". Ces réflexions critiques, intolérables de sagacité, ont été livrées à VSD par Carla Bruni, la p'tite Carla, qui, à l'inverse de la Belle-au-bois-dormant, a été anesthésiée par un baiser de son prince. Mais était-elle bien éveillée before? C'est-à-dire exhypnos, comme disent les Grecs?

Alexandrins (148)

... La splendeur et l'odeur du parfum dans sa fleur ...

mercredi 25 avril 2018

Les mots à l'oreille (91)

Le concubinage, autrement dit le jardinage sexuel ...

Faits et dits enfantins (660)

Bastien (12 ans) me dit : "Quand j'étais petit, j'avais peur des mots qui contiennent un "y", et aussi de ceux qui contiennent un "x" ou un "z". Des mots qu'on ne voit pas souvent, un peu étranges, un peu bizarres."

Il s'amuse de manière agaçante à faire craquer les articulations de ses doigts, un par un, vingt fois par jour.

Estacadres (349)

Il n'y a pas d'amour possible sans extranéité et sans mystère, sans ceintures à ôter.

Figures médiatiques (188)

Franchement, si à cinquante ans on n'a pas de rollex, c'est qu'on a raté sa vie.
Jacques Séguéla.

Alexandrins (147)

Voir le parti culier ou bien l'œuf général?

mardi 24 avril 2018

Les mots à l'oreille (90)

Dans le mot "copropriété", il y a copro, de Kopros en grec, c'est-à-dire la merde.
Claude Ponti, Le monde et inversement.

Faits et dits enfantins (659)

Bastien (12 ans), à qui je dis : "Ta mère ne mange jamais de fruit après un laitage, c'est contraire à sa religion", me répond : "Non, à sa laïcité!"

Il me traite de "peinture rupestre", de "diplodocus".

Estacadres (348)

Ceux que j'aime me ressemblent plus que moi-même.

Figures médiatiques (187)

A chaque fois, devant Jean-Marie Bigard, la même révélation : comment ne pas être frappé par la tendre subtilité, par cette discrète ironie voltairienne, cette intelligence frondeuse et rutilante, cette délicatesse lyrique et persifleuse qu'on découvre en soi dès qu'il s'arrête de brailler?

Alexandrins (146)

Comprendre n'est jamais céder à la faiblesse...

lundi 23 avril 2018

Les mots à l'oreille (89)

S'il m'arrive encore de confondre Himmler et Gœbbles, c'est que le maigre a un nom "gros" et le gros un nom "maigre". Le signifiant disant le contraire du signifié, le cerveau doit à chaque fois accommoder.

Faits et dits enfantins (658)

Bastien (12 ans) me confie : "Quand je regarde une fille, je ne la vois pas avant qu'elle parle. Si elle est con, je suis incapable de te dire comment elle est, belle ou pas belle. En fait, pour que je voie si une fille est belle, il faut d'abord que je sente qu'elle est intelligente. L'un ne va pas sans l'autre."

Il dit : "Ch'suis pas hypocrite, ch'suis hypercrite!"

Estacadres (347)

Nous ne voulons dépasser l'amour que parce qu'il nous dépasse.

Figures médiatiques (186)

Lana Turner, tour de laine et de lait. On a envie de l'embrasser, de s'y enfouir, d'en boire goulûment la chaleur jusqu'à s'en étouffer, mais, avant de la prendre et de se prendre en elle, faire ce qu'indique son nom...

Alexandrins (145)

... En science on mesure et en art on repère...

dimanche 22 avril 2018

Les mots à l'oreille (88)

Madeleine, un prénom confortable et chaud. On aimerait s'y étendre et y dormir, en savourant ses réminiscences. Dans un délicieux mélange de signifié proustien et de signifiant matelassier (ma[telas] de laine).

Faits et dits enfantins (657)

Bastien (12 ans) ne recule pas devant les gros aphorismes. "Tu sais ce que c'est l'homme? C'est un animal sans instinct".

Il donne aussi dans l'étymologie fantaisiste. "Présumer, dit-il, veut dire sentir avant, pré-humer".

 Je lui dis : "On s'en fout du trou du cul de l'écrivain.
— T'as raison, ce qu'on veut, c'est le trou du cul de l'œuvre".

Estacadres (346)

Aimer aussi haut qu'on peut voir, et croire au-delà.

Figures médiatiques (185)

De son père, trop tôt disparu, Anne Goscinny parle comme d'une "statue dont l'ombre m'abrite du soleil, mais pas de la pluie".

Alexandrins (144)

... Quelques sauts dans l'espace avec le sceau du temps...

samedi 21 avril 2018

Les mots à l'oreille (87)

Si le verbe s'est fait chair, il doit être possible de le chatouiller, de le transir,de le pincer, de l'exciter.
Roger-Pol Droit, Gracian, le héros de la ruse (in Le Monde des livres du 14/10/05).

Faits et dits enfantins (656)

Bastien (12 ans), enthousiasmé par son nouveau vélo (de course, et non plus VTT), me déclare : "Sur une bécane comme celle-là, j'ai envie de rouler de mon réveil jusqu'à la tombée de la nuit. Et je te jure que je peux le faire!"

Quand il regarde une connerie ou une fadaise à la télé : "N'éteins pas! je regarde au deuxième degré."

Estacadres (345)

S'ils ne s'aiment pas, ils n'ont pas droit aux promesses d'amour.

Figures médiatiques (184)

The Toothy One (le plein de dents) est le surnom de Tom Cruise.

Alexandrins (143)

Sacha Guitry stagna, gros, joufflu, indolent,
En classe de sixièm' jusqu'à ses 17 ans...

vendredi 20 avril 2018

Les mots à l'oreille (86)

Se faire rabitoiser, c'est se faire massacrer comme un lapin.

Faits et dits enfantins (655)

Bastien (12 ans), voyageant malade, ne supporte pas la descente en lacets des cols. Il dit : "Je hais l'énergie cinétique!"


Le petit Bastien de Strasbourg (5 ans 1/2) m'aide à ramasser des taillures de haies. Je lui dis : "Tu travailles comme un homme. Mieux que ça, même : tu travailles comme un ange.
— Ah! non. Les anges ça travaille pas."

Estacadres (344)

L'amour est la rencontre de deux authenticités.
Jean Renoir, Interview TV.

Figures médiatiques (183)

"  ... Xavier Bertrand, infatigable muletier de Nicolas Sarkozy."
Aude Lancelin, Le Nouvel Obs 2302 du 18/12/08.

Alexandrins (142)

... Bronzive elle ondulait, oisée dans les allées ...

jeudi 19 avril 2018

Les mots à l'oreille (85)

Le souci qui fait gronder nos fronts nous fait souciller.

Faits et dits enfantins (654)

Bastien (12 ans) : "Maman! où est maman? Je veux dormir avec maman!
— C'est moi qui dors avec ta mère, Bastien!
— Non, toi tu ne dors pas, tu couches avec elle. Nuance."

Il me dit : "Est-ce que l'avenir est écrit? Non. Si on entrait dans la quatrième dimension, on pourrait faire un retour dans le passé et se refaire un autre avenir. A volonté.

Estacadres (343)

L'amour est une échelle, vers quoi tendue?

Figures médiatiques (182)

Edouard Baër par Louis Guichard : " ... ce filet d'ironie distanciée qui le protège trop souvent." Télérama 3075 du 17/12/08.

Alexandrins (141)

... Et qui poétait trop, bien plus haut que son luth ...

mercredi 18 avril 2018

Les mots à l'oreille (84)

La gorge rouée, c'est-à-dire battue par l'émotion...

Faits et dits enfantins (653)

Bastien (12 ans) m'écrit ce "poème" pour la fête des pères :

                   Papa                      

J'ai vu mon tout petit papa
S'amuser avec un gros rat [?]
J'ai vu mon minuscul' papa
S'essayer à jouer des fa
J'ai vu l'grain d'poussièr' qu'est papa
Vouloir ramasser quelques noix
Infinitésimal papa
Qiu prétend dompter les boas
J'ai vu mon immense papa
Adorer jouer avec moi
J'ai vu un gigantesqu' papa
Soigner, aimer les petits chats
J'ai vu mon infini papa
Qui se jouait du méchant sida [?]
C'est toi, c'est toi, mon cher papa
Qu'en c'vingt-et-un juin on fêtera.

Estacadres (342)

Découvrir qu'il est aimé en retour devrait dégriser l'amoureux sur le compte de ce qu'il aime*
Nietzsche, Par delà le bien et le mal. 
* Cf  Groucho Marx : "Je n'adhérerais jamais à un club qui voudrait de moi pour membre."


Figures médiatiques (181)

Stallone et Schwarzenegger, les haltères ego du cinéma américain...

Alexandrins (140)

Quand j'ouvre le Littré, bien souvent je m'y plonge.

mardi 17 avril 2018

Les mots à l'oreille (83)

Titre possible pour Signifiants et signifiés : Signifes.

Faits et dits enfantins (652)

A Marion, sa cousine du même âge (12 ans), avec laquelle Bastien joue éperduement, on pose cette question : "Penses-tu que tu sois un garçon manqué?
— Non, je pense que je suis une fille réussie."

"Bastien, avec cette chaleur, on devrait enlever la capote de la deuche...
— Tu n'y penses pas, elle a peut-être le sida!"

Estacadres (341)

Juperies, duperies.

Figures médiatiques (180)

Contrairement à ce que l'on peut croire, je suis super bonne en maths et j'ai jamais bu une goutte d'alcool de ma vie. Même si j'ai une gueule de loup, je suis une pâquerette.
Béatrice Dalle, in Les Inrocks, 2008.

Alexandrins (139)

Quand Mourousi est morosif*, il est morsif**.
*Lent à agir, en normand.
**Ivre-mort, en berckois.

lundi 16 avril 2018

Les mots à l'oreille (82)

J'appelle futilitaire  ce qui est d'une utilité superficielle et dispensable : le gadget.

Faits et dits enfantins (651)

Bastien (12 ans) me dit : "Tu sais ce que c'est la différence entre l'espoir et l'espérance? L'espérance, c'est ta réserve de sécurité. Quand le réservoir d'espoir est épuisé, il te reste l'espérance, qui va te permettre de refaire le plein d'espoir. C'est une croyance utile, tu vois, comme une foi en Dieu, mais t'es pas obligé de savoir qu'i' y a pas de Dieu."

Estacadres (340)

Adieu le plaisir d'avoir de l'amour, quand la vanité d'en inspirer nous quitte.
Marivaux, La vie de Marianne.

Figures médiatiques (179)

Christine Angot, par Jérôme Garcin : "... notre Bridget Jones de la Porte de la Chapelle...[...]... de la chicken littérature."
Le Nouvel Obs. 2295, p. 114.

Alexandrins (138)

D'un coup d'cafard, ce suidé s'est suicidé.
Ne voulait pas finir en suif ou en lardons.
En andouill's, en boudin, en sauciss's, en jambon.
Ce gros cochon avait d'la suit' dans les idées.

dimanche 15 avril 2018

Les mots à l'oreille (81)

La nage nous baigne, nous délasse nous rafraîchit, nous trempe, nous tresse érotiquement à l'eau. La natation nous jette dans le bain, nous ordonne de battre des pieds et des mains, nous chronomètre, nous essouffle, nous rend l'eau dure et violente. La première nous métamorphose en nous-même, la seconde peut faire de nous un champion, mais ce champion qui nous mépriserait, nous ne l'aimons pas.

Faits et dits enfantins (650)

Bastien (12 ans) me dit : "Tu prends deux carrés, tu les mets côte à côte. L'un est blanc, l'autre est noir. Dans le blanc tu écris BLANC, noir sur blanc, et dans le noir tu écris NOIR, blanc sur noir. Es-tu devant plus de blanc ou plus de noir?
— ?
— Plus de noir, bien sûr! cinq lettres noires contre quatre lettres blanches!"

Il dit : "Les vaches pètent bleu.
— ?
— Regarde la couleur du ciel."

Estacadres (339)

Vous vous croyez innocent si vous dites : j'aime cette femme et je veux conformer mes actes à cet amour, mais vous commencez la révolution.
Paul Nizan, Aden-Arabie.

Figures médiatiques (178)

Kevin Costner est une star et un dur. Si les durs ne portent pas de costards, les stars ne portent pas de col dur. Ce sera Danse avec les loups et rien d'autre. A l'arrivée, sept oscars. Jamais film n'a rapporté autant de Sioux.
Patrick Loriot, TéléObs 2289 du 18/09/08.

Alexandrins (137)

Nous tissons nos destins : la vie en est la chaîne,
Mais la trame est à nous, qu'elle aille ou qu'elle vienne.

samedi 14 avril 2018

Les mots à l'oreille (80)

J'aime bien cette expression qu'a Dumas pour désigner l'âge où, n'étant plus jeune, on n'est pas encore tout à fait vieux. Il a 61 ans et dit qu'il entre dans "l'adolescence de la vieillesse..."

Faits et dits enfantins (649)

Bastien (12 ans) ne supporte plus le collège où il est actuellement demi-pensionnaire en 5è. "Tous des cons!" dit-il, élèves et professeurs. Il voudrait être interne l'année prochaine dans une classe à horaire aménagé, et consacrer ses après-midis à la musique.

Il dit : "Les Noirs ont toujours une mort atroce dans les films".

Estacadres (338)

Quinze mille francs par mois, la vie d'atelier, et Tristan n'a plus rien à dire à Yseult. l'amour aussi est un luxe, voilà la condamnation.
Albert Camus, préface à La maison du peuple, de Louis Guilloux.

Figures médiatiques (177)

Le prince Charles, par David Law (chroniqueur au Fou du roi, émission de France inter, le 18/11/08) : "... une pause dans l'évolution, pour permettre aux singes de nous rattraper..."

Alexandrins (136)

Sur le fil du jardin la lessive en pantenne
S'harmonise aux couleurs des pinces qui la tiennent.

vendredi 13 avril 2018

Lady Bird (Greta Gerwig)

   Un film d'une justesse émouvante sur une année d'adolescence, celle d'une jeune fille d'un milieu modeste et aimant, mais trop banal pour sa soif d'absolu* - quoi qu'on puisse entendre par ce mot. Une vie qui ne serait que la vie serait trop triste. Le simple fait d'exister est une source de désespoir et un constat de solitude que l'on fait brutalement quand on sort de l'enfance: on est face à l'univers entier, plein de soif et d'énergie, mais sans munitions. D'où la révolte et les conduites mal réglées: l'héroïne est injuste avec sa mère, avec son amie. La gentille enfant devient une violente égoïste, obsédée par la reconnaissance de sa personne et les ardeurs nouvelles de son sexe.
   La plupart des adolescences se ressemblent, mais chacune est vécue singulièrement. Sa"pêche" et sa vulnérabilité nous attachent à celle qui est montrée, presque à vif, à corps et à cœur, à soupirs et à cris. 
   Ce qui rend la banalité intéressante et parfois passionnante, c'est la vérité de sa représentation. L'humain sort alors de l'ordinaire, comme une pépite du courant. 

*"J'avais 16 ans, et je n'avais d'autre solution que de chercher l'amour absolu". (Alejandra Pizarnik)

Les mots à l'oreille (79)

Quel mot évoque le mieux la rudesse noire et la sécheresse que celui qui figure si souvent dans les westerns "poussiérants" des années 40-50 : le mot territory.

Faits et dits enfantins (648)

Bastien (12 ans) : "J'aime mieux sortir avec une fille sympa qu'avec une fille qui a pas de seins!"

Il dit : "Plus la matinée avance, mieux je me sens. A midi, par exemple, je me sens bien."

Estacadres (337)

Je l'aime : il abolit cette distance qui, à chaque réveil, renaît entre le monde et moi.
Jean Grenier, Les îles, Le chat Mouloud.

Figures médiatiques (176)

Uma Thurman, "seule actrice au monde à concentrer tout son jeu au niveau de la gorge et passant son temps à déglutir pour extérioriser sa détresse intérieure".
Xavier Leherpeur, Nouvel Obs. 2289 du 19/08/08.

Alexandrins (135)

Josephine Baker - C'est pour se réchauffer qu'elle apprit à danser.

jeudi 12 avril 2018

Les mots à l'oreille (78)

Femme, un mot qui commence comme fameux, qui est contenu dans affamé, un mot qui torture quand il n'assouvit pas. Sa voyelle le colore en rouge sonore, son attaque est une fuite et sa sortie un assouvissement.

Faits et dits enfantins (647)

Bastien (12 ans) : "Tu sais comment S... appelle sa bite?
— Non.
— Georges..
 — Georges? Quelle idée! Ça veut dire le paysan en grec.
 — Ben oui, on peut comprendre : qu'est-ce qu'il fait le paysan? Il sème."


Sortant de chez nous, Etienne (30 mois) s'écrie : "un ascenseur!". on est au village... Il s'agit de la cabine téléphonique accolée à notre maison, hors de fonction depuis un certain temps.

Estacadres (336)

Aimer, c'est se surpasser.
Oscar Wilde.

Figures médiatiques (175)

Le patron de TF1 et LCI, Jean-Claude Dassier, a dit : "Si Obama est élu, je mange un rat. Hardi Barak! et prions! (A moins qu'il n'ait voulu dire: "Je mange un pauvre"!)

Alexandrins (134)

Le doute enraciné est une certitude.

mercredi 11 avril 2018

Les mots à l'oreille (77)

Le calvitieux est un chauve obsédé de sexe.

Faits et dits enfantins (646)

Nine (8 ans) revient de "classe verte". La veille de son retour, une "boum" était organisée. "C'était chouette la classe verte, dit Nine, mais la boum c'était nul.
— Vous n'avez pas dansé?
— Si, mais en groupe. La musique allait trop vite. J'avais un cavalier réservé depuis longtemps, mais y a pas eu un seul solo [sic]!" 


Bastien (12 ans) me dit : "Le noir c'est l'épaisseur totale. Le blanc c'est la non-épaisseur. Le noir c'est tout, le blanc c'est rien. En fait le noir c'est tout et rien et le blanc c'est rien et tout."

Estacadres (335)

Quand un ami me trahit, je demeure fidèle au souvenir de son amitié. Je ne peux pas le haïr, car son amitié m'était chère, car le souvenir de son amitié m'est cher.
Malaparte, Journal d'un étranger à Paris.

Figures médiatiques (174)

Robert Bourgi, le nouveau Jacques Foccart, le jour de l'investiture de Sarko à l'Elysée, lâche au Villepin vaincu : "Te voilà maintenant comme un bâtard le jour de la Fête des pères".

Alexandrins (133)

Sa lumière est d'air pur mais son ombre me noie.

mardi 10 avril 2018

Les mots à l'oreille (76)

Au sein de chaque idiot la crase prospère, c'est ce qu'on appelle l'idiosyncrasie.

Faits et dits enfantins (645)

Le 03/02/98,  de 19h53 à 19h 58, Bastien (presque 12 ans) m'écrit ce "poème" à la va comme je te pousse, qu'il intitule Comme un éléphant :

Je ne puis t'offrir
En ce moment précis
Qu'un poème pour barrir
Que dans ma vie
Je ne pourrai que languir
 Et ne pas bouger
(Poils de Gégé)
Et si tu n'étais pas là
(Poils de rat)
Je n'aurais plus d'essence
pour faire avancer le moteur
Tu es mon agréable radiateur
Qui ne fait qu'aiguiser mes sens
(Ça n'a pas de sens)
Enfin, tu es toute ma vie
Et ça, je t'en remercie
Mon petit papa chéri.
Exceptionnels zoubis :
Ton petit Bastien adori.


"Etienne, on va faire les courses. Tu prends tutut et doudou ?
— Non, tutut et doudou viennent pas." (30 mois)

Estacadres (334)

Il existe au Japon des personnes qu'on paie pour qu'elles jouent le rôle d'un ami à qui on peut parler et faire des confidences. Qui ne sont pas que des présences mais aussi des écoutes. On les appelle des yoshida.

Figures médiatiques (173)

Villepin, le jour de ses 49 ans : "Aujourd'hui, j'ai l'âge du général de Gaulle le jour de l'appel du 18-juin."

Alexandrins (132)

... Le ciel, la plage, et l'océan inépuisables...

lundi 9 avril 2018

Les mots à l'oreille (75)

Tentation, tentacules en action...

Faits et dits enfantins (644)

"Etienne, t'es un petit bébé ou un grand garçon?
— Un petit garçon." (30 mois).

Bastien (12 ans) : "la politique ne m'intéresse pas beaucoup. Je pourrais dire que je crois, mais que je ne suis pas pratiquant."

Estacadres (333)

Un ami, c'est quelqu'un qui te connaît très bien et qui t'aime quand même.
Proverbe juif.

Figures médiatiques (172)

Machisme canin ( ou le barzoï et le roquet) : c'est Sarko qui dit à Villepin : "Il ne faut jamais laisser deux mâles dominants dans le même endroit, et aujourd'hui, le mâle dominant, c'est moi..."

Alexandrins (131)

Il attendait sa vie, et que sa mort l'éclaire...

dimanche 8 avril 2018

Les mots à l'oreille (74)

Orgasme, spasme toccata et fugue - à couper le souffle.

Faits et dits enfantins (643)

Bastien (11 ans) a des crises de susceptibilité violentes. Mais courtes. Quand il est calmé, il nous embrasse.

Il a une chevelure tellement dure que les peignes en sortent édentés. "T'as vu, mon peigne est comme ma bouche, conclut-il. Mais ses dents à lui ne repousseront pas!"

Il me dit :"Frida Kahlo, elle est froide et chaude à la fois.C'est ça que tu appelles un oxymore?"

Estacadres (332)

Ce sentiment que j'ai avec certains amis d'être les fruits du même arbre.
Claudio Magris.

Figures médiatiques (171)

BHL par Stéphane Mazurier : "...cuistre mondain entarté..." (Siné hebdo n° 2, 17/09/08).

Alexandrins (130)

N'allume pas ton feu avant d'avoir du bois.

samedi 7 avril 2018

Les mots à l'oreille (73)

Superficialité : un beau glacis sur un maigre plateau ne rend pas la statue précieuse.

Faits et dits enfantins (642)

"Bastien, tu es un cas.
— Non, je suis aztèque."

Très bon au badminton, Bastien (11 ans) s'entraîne dans un club et déplore de ne pouvoir le faire chaque jour. Une idée lui vient : "Et si on débarrassait la grange pour y installer un terrain de badmin'?" Aussitôt dit, presque aussitôt fait. Malheureusement, le plafond de la grange n'est pas aussi haut que le ciel!

Estacadres (331)

"Le clou où est pendue ma vie".
Max Jacob, parlant de l'amitié.

Figures médiatiques (170)

Villepin & Sarko : celui qui poétait plus haut que son luth et celui qui trôlait chez les princes sa couche roturière.

Alexandrins (129)

Le coup tiré, la balle enfuie, reste la douille...

vendredi 6 avril 2018

Les mots à l'oreille (72)

Une vie de soucis c'est six sous de vie.

Faits et dits enfantins (641)

Bastien (11 ans) : "As-tu déjà remarqué que dans mélodieux il y a Dieu? La mélodie, c'est la musique de Dieu."

Il me raconte, en me jurant que c'est vrai, qu'il a vu dans la ville un chien qui se promenait seul avec au cou une pancarte sur laquelle on lisait Je suis à vendre. Je lui réponds qu'un chien manifestement à vendre ne peut se promener seul sans risquer d'être volé. "C'est peut-être qu'il s'est échappé au moment où son maître lui mettait la pancarte... ou alors que son maître a voulu s'en débarrasser en faisant croire qu'il avait de la valeur!?"

Estacadres (330)

Les vraies amitiés sont des maillons, mais il n'y a pas de chaîne.

Figures médiatiques (169)

Régis Mailhot, humoriste sur France Inter (05/09/08) nous livre un scoop à 12h15 : "Le Gynéco* de Christine Angot est en réalité son proctologue!"
*Doc Gynéco, son amant présent, aime à la sodomiser.

Alexandrins (128)

Le mot ardeur a du signifié la chaleur,
Et la double dureté signifiante : hard, deur.

jeudi 5 avril 2018

Les mots à l'oreille (71)

Soir, soie noire...

Faits et dits enfantins (640)

Le prof de dessin de Bastien (11 ans) s'appelle Mme Deligne. Il me dit : "C'est un nom prédessiné".


Il dit : "J'ai eu une prédilection". Il veut dire : une prémonition.


Il me demande ce qu'est un godemiché. Je le lui dis. Il me lance : "Alors c'est une fausse bite pour enculer Dieu. Pour enculer le chien, ça s'appellerait un doguemiché!"

Estacadres (329)

J'ai perdu un témoin de ma vie... Je crains désormais de vivre plus négligemment.
Pline le jeune.

Figures médiatiques (168)

Radovan Karadzic était aussi "poète". L'instigateur du siège de Sarajevo écrivait, avant la guerre : "Je suis né pour vivre sans tombeau,
ce corps humain ne mourra jamais,
il n'est pas né seulement pour sentir les fleurs
mais aussi pour incendier, tuer et tout réduire en poussière..."
(cité in Nouvel Obs. 2281 du 24/07/08).

Alexandrins (127)

... Et le mythe viendra éterniser sa gloire.

mercredi 4 avril 2018

Les mots à l'oreille (70)

Le silence entre en nous comme le sifflement filé d'une oreille que ne sollicite aucun bruit, une note discrète mais tenue, qui nous dresse sur l'écoute du rien, comme une pique sur une île solitaire. Une absence ronflant comme une hélice à l'aérodynamisme parfait, dont le frottement brise l'air avec un chuchotement velouté.

Faits et dits enfantins (639)

Etienne (28 mois) aime me faire peur en écartant les bras et les jambes pour se donner du volume, en roulant les yeux et en calant entre ses dents la lame d'un sabre en plastique.


Bastien (11 ans) me demande : "Est-ce que tu sais d'où vient le nom du cloporte? Réléchis... Le cloporte, quand on l'embête, i' s' met en boule : il clôt sa porte!
— T'as trouvé ça tout seul?
— Ouais."

Estacadres (328)

François Coppée et Barbey d'Aurevilly nourrissaient, comme on dit, une tendre amitié; ce qui n'empêchait pas celui-ci de descendre en flammes les œuvres de son intime.

Figures médiatiques (167)

Un personnage? Une marionnette plutôt. Je ne connais qu'un rôle, c'est moi, et je n'en ai jamais connu d'autre. Et je suis parvenu à être l'Allemand d'aujourd'hui le plus connu dans le monde...
Karl Lagerfeld.

Alexandrins (126)

Avec le temps vraiment on n'est jamais raccord.
Quand on court il se traîne, et quand on souffle il mord.

mardi 3 avril 2018

Les mots à l'oreille (69)

En aïnu, le sexe de la femme se dit chipouille. Ça commence comme chipie ou chiper, et ça finit comme papouille.

Faits et dits enfantins (638)

Dans la salle de jeux, Etienne (28 mois) jette systématiquement par terre tout un coin  de rayonnages rempli de jouets divers. Après avoir fait le vide, il traîne les pieds à travers l'amas d'objets qui jonche le parquet, puis il vient vers moi avec un grand sourire et me dit : "J'ai tout cassé!"


Bastien (11 ans) échange quelques propos gastronomiques avec Tom, son ami anglais. Celui-ci lui demande : "Tu préfères les pommes du ciel ou les pommes de la terre?"

Estacadres (327)

L'amitié apollinienne veut dissimuler la crainte de la tentation dionysiaque.

Figures médiatiques (166)

Rares sont les identités aussi gravement connotées que celle du couturier Christian Lacroix. Il hérite d'un nom de supplice, aussitôt doublé d'un prénom victimaire. Le voilà bien équipé dans la parementure! S'apportant renfort réciproque, nom et prénom s'unissent en une même érection, comme les contreforts d'une seule église, mors et vita, et bâtissent un petit Arlésien chrys-hématique (élevé, dit sa mère, "entre le sang et l'or".)

Alexandrins (125)

La limace est passée, elle a laissé sa bave.

lundi 2 avril 2018

Optiréalisme

Je suis plutôt du côté de Démocrite qui rit que d' Héraclite qui pleure (selon la légende). Ma devise - si j'osais en avoir une - pourrait être, parmi cent autres, le contraire de la formule de Mao, qui disait : optimisme stratégique, pessimisme tactique. J'intervertirais les épithètes.
L'optiréaliste est au fond un pessimiste puisqu'il est pessimiste sur le fond, c'est-à-dire sur la fin : nous ne nous en sortirons pas vivants! Mais en attendant, il y a à faire. Si on traverse toute l'épaisseur du pessimisme, on parvient à un petit peu d'optimisme. Si je suis raisonnablement pessimiste, je reste sentimentalement optimiste, non par illusion ou naïveté, mais par hédonisme.*

* le pessimisme fait écran à la vie. Si nous sommes mortels, ce n'est qu'à la fin. Il y a tout l'avant, c'est-à-dire la vie entière. C'est cet avant qu'il nous faut mettre au premier plan.
Qu'avant de mourir nous puissions vivre et parfois vivre longtemps et heureux, voilà qui est optimiste.

Les mots à l'oreille (68)

La flatulence est une houle nauséabonde mais peu épaisse, flottant comme un voile lentement déroulé jusqu'aux rives de la base nasale (sise dans la baie des narines).
                                

Faits et dits enfantins (637)

Etienne (28 mois) écarte le persil de son assiette en disant : "J'enlève les fleurs".


Bastien (11 ans) : "Jeanne Calment appartenait au club très fermé du 5e âge".



Estacadres (326)

Quand mes amis sont borgnes, je les regarde de profil.
Joubert, Pensées.

Figures médiatiques (165)

La dernière de notre Albanella, crétinistresse de la cuculture : "La caricature* antisémite de Siné est scandaleuse."
*La vue de ce dessin, dit-elle, lui inspire le "dégoût". Le problème est qu'il n'y a jamais eu ni caricature ni dessin. Siné a été viré de Charlie Hebdo pour un propos prétendument antisémite.

Alexandrins (124)

Quand Nicolas blanchit à l'ombre, elle, brunit...

dimanche 1 avril 2018

Les mots à l'oreille (67)

Profaner, c'est provoquer l'étiolement d'un être ou d'un objet qui ne pouvait fleurir qu'intact.

Faits et dits enfantins (636)

Nine (8 ans) écrit : "Le petit chat joue avec le lapin dehors et ils entendent une petite fille qui chante la la la la la, et c'est leur petite maîtresse. la maman crie : A TABLE. Le lapin dit : "Si on allait manger nous aussi."
(orthographe rectifiée).


Il fait dehors un temps magnifique et Bastien s'est enfermé pour jouer sur écran vidéo. Je l'engueule : "Va jouer dehors pendant qu'il fait beau!" Réponse : "Ouais, j'aimerais bien, mais y a pas de prise péritel dehors!"

Estacadres (325)

Eloignez vos tentes, rapprochez vos cœurs.
Proverbe targui.

Figures médiatiques (164)

Une certaine Albanel, ministre de la culture sarkozyenne (et réciproquement), lors d'un raout officiel, demande, tout sourire à Jean Nouvel ( qui vient de recevoir le prix Pritzker, c'est-à-dire le Nobel de l'architecture) : "Qui êtes-vous, monsieur?"

Alexandrins (123)

... Comme un sans-nom qui son renom façonne...